CINEMA : James Benning 1

A découvrir en ce moment au Jeu de Paume, l’oeuvre de James Benning est une merveille. Des films tournés en 16 mm, composés de plans fixes, quasi silencieux. Depuis 1976, Benning invente des films où la narration s’efface pour laisser place aux témoignages et surtout au paysage, et fait résonner Histoire et géographie comme personne. A travers un système de mise en scène très rigoureux (13 plans fixes de lacs pour 13 Lakes, 10 plans fixe de 10 minutes de ciels pour 10 Skies, 35 plans de 2 minutes et demi pour sa splendide trilogie californienne : El Valley Centro, Los et Sogobi), son oeuvre mêle l’analyse à la contemplation, la critique au vertige des grands espaces. L’expérience vaut le détour.

One Way Boogie Woogie (1977)

Landscape Suicide (1986)

Un Q&A

Ten Skies (2004)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s